Livret Distingo sans risque à 4 % pendant 3 mois + 80 € offerts*
Le pétrole reste dans le rang(e)

Le pétrole reste dans le rang(e)




Sujet à la hausse sur la période récente, le cours du pétrole américain reste coincé autour de 105$ depuis quelques jours. Avant de rechuter ?

Marché hautement spéculatif, le pétrole, qu’il soit européen ou américain, ne semble plus suivre de tendance de fond depuis quelques années déjà. Après un pic proche de 150$ atteint en 2008, le WTI américain a connu une chute vertigineuse, jusqu’à moins de 40$ début 2009, sous l’effet de la crise financière. Depuis lors, c’est le calme plat, “en adéquation avec l’activité mondiale”, affirme Vincent Ganne, analyste technique chez FXCM.

L’événement le plus marquant sur le marché physique est incontestablement la révolution énergétique qui se joue aux Etats-Unis autour de la pierre de schiste. “La production américaine progresse d’environ 1% l’an depuis 2008”, rappelle Vincent Ganne, “sans cela, les cours actuels seraient nettement plus élevés”. La production mondiale augmente au même rythme, ainsi que la demande. Par conséquent, l’équilibre se maintient sans fortes pressions ni à la hausse, ni à la baisse. Mais la situation pourrait évoluer lorsque les Etats-Unis, qui consomment encore la quasi-totalité de leur production. seront en mesure d’exporter largement ce pétrole.

Un range de 90-105 dollars

Pour l’heure, les cours du WTI ont progressé jusqu’au prix de 105$ environ, probablement sous l’effet des tensions géopolitiques entre la Russie, premier exportateur de pétrole, et l’Ukraine. Cependant, remarque l’analyste de FXCM, “les cours du brut américain comme du Brent de Mer du Nord demeurent enfermés dans un range de 90-105. En effet, depuis la chute verticale des cours en 2008, on a pu observer l’existence de deux points pivots majeurs, qui reviennent régulièrement : 90$ pour le point bas et 105$ pour le point haut”.

Ainsi, le support de 90 n’est jamais durablement cassé à la baisse et la résistance de 105 n’est jamais durablement cassée à la hausse. Vincent Ganne précise que quelques phases d’excés sont possibles au-delà de 105$, mais elles restent toujours en-deçà de 110$. S’il n’apparaît pas de règle dans le comportement des cours entre ces points pivots, la saison des congés d’été entamée aux Etats-Unis peut exercer une pression à la hausse sur les cours du WTI, tout comme l’aggravation des tensions politiques autour de la Russie ou l’apparition d’autres tensions.

Il reste que les cours sont une fois de plus bloqués autour de 105$ depuis plusieurs jours. Pour Vincent Ganne, Il est probable que le WTI reste dans ce range encore longtemps, même en cas de net rebond économique de part et d’autre de l’Atlantique.

Le range trading pour jouer l’inversion de tendance

Face à ce marché plat et peu volatil, l’expert recommande de pratiquer le range trading : “il s’agit de devenir “contrarian” lorsque les points pivots évoqués précédemment se rapprochent : vendre lorsque le niveau de 105 approche et acheter lorsque le niveau de 90 approche”. Le but est donc d’anticiper l’inversion de tendance qui se produit lorsque le support ou la résistance est atteint.

En cas de choc exogène cependant (variation saisonnière, tensions politiques), même si ce scénario demeure peu probable, la cassure haussière peut être jouée : si le prix de 105$ est dépassé, il a de grandes chances de poursuivre sa hausse jusqu’à 111-112$.

A contrario, le mouvement de hausse du dollar de plus en plus largement anticipé par les investisseurs (en raison de la reprise économique) peut laisser présager une baisse des prix du pétrole. En effet, les pays de l’OPEP exportent leur pétrole en dollars. Si la devise américaine faiblit, ces pays cherchent à obtenir un prix plus élevé pour leur pétrole, afin de compenser ce manque à gagner. A l’inverse, si la devise américaine s’apprécie, ils bénéficient automatiquement d’un prix plus satisfaisant, ce qui peut contribuer à faire baisser les prix.

Quant à la prochaine réunion de l’OPEP prévue le 11 juin, Vincent Ganne n’en attend pas grand-chose : “les quotas de production devraient rester inchangés”, estime-t-il. L’inconnue réside davantage dans l’attitude de l’Iran, qui tente de se repositionner sur le marché du pétrole du fait de l’amélioration de ses relations avec le monde occidental.

Nadège Bénard

Les performances passées ne présagent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps. Les informations ci-dessus sont données à titre pédagogique. Elles ne constituent en aucun cas des recommandations d’investissement. Le lecteur se doit d’étudier les risques avant d’effectuer toute transaction. Il est seul responsable de ses décisions d’investissement.