Scalping : 8 conseils d’un trader pour débuter

Scalping : 8 conseils d’un trader pour débuter




Aujourd’hui dans cet article, j’aimerais aborder avec vous un sujet qui depuis quelques années nourrit bien des fantasmes… je parle du scalping. En effet, cette pratique d’un trading ultra-court terme a su attirer beaucoup de monde, notamment un public assez jeune, avec comme objectif utopique de pouvoir réaliser des gains faciles et rapides. Je me permets de dire « utopique » car pour en arriver au stade d’expert du scalping et pouvoir prétendre réaliser des gains, cela demande beaucoup de travail, d’implication et de connaissances. Il n’y a donc en réalité rien de facile et aucun gain rapide dans cette technique de trading.

Après plus de 7 années d’expérience en tant que scalpeur, je vais vous donner dans cet article 8 règles indispensable à connaître pour réussir à s’en sortir avec le scalping trading.

1- Choisir un seul actif à scalper

Scalping 8 conseils d’un trader pour débuter image 2

Tout d’abord, ce qu’il faut comprendre, c’est que chaque actif est différent malgré leurs ressemblances. Cela veut donc dire que chaque actif a des spécificités, des caractéristiques, ainsi que des tenants et aboutissants différents à connaître mais surtout à maîtriser. Cela engendre une quantité d’information conséquente qu’il faut assimiler et cela peut rapidement devenir compliqué en fonctions des actifs et des compétences initiales de celui qui débute dans le scalping. Aussi se concentrer sur un seul actif permet de réduire le nombre d’informations à analyser et donc de ne pas se perdre, ne pas tout confondre, et surtout mettre le focus à un seul endroit. Pour les amateurs de football, un attaquant est un attaquant, un défenseur central un défenseur central.

2- Scalper un actif lourd




Il existe différent type d’actifs, certains sont dits des marchés légers et d’autres sont dit des marchés lourds. La différence va se caractériser par différents éléments, mais pour faire simple, le marché léger est plus fragile face à de très gros ordres et de ce fait la volatilité sera plus grande, plus fréquente et moins prévisible. À l’inverse, le marché « lourd » est plus adapté à des tailles de lots conséquentes, et de ce fait la volatilité sera moindre et surtout moins brutale. Bien sûr cela prend également en compte d’autres éléments, plus complexes. Ainsi, débuter sur un marché lourd va permettre au trader débutant une approche plus lente, moins brouillon, et du coup une approche plus qualitative pour débuter. Pour ma part, je suis toujours resté sur du carnet lourd, car j’y ai trouvé mon équilibre…c’est juste la taille des lots qui a changé avec l’expérience.

3- Trading scalping : choisir un actif ayant une tendance structurelle

Quand on parle de tendance, beaucoup de croyances se mélangent et s’entrechoquent. Certains vont identifier une tendance avec des moyennes mobiles, d’autres avec la théorie de Dow, ou bien d’autres méthodes encore. Cependant, il faut savoir que les tendances se décomposent en plusieurs couches et que la tendance dominante se construit à partir de la structure de l’actif et non d’un indicateur. Quand je parle de structure, je prends en compte différents éléments comme par exemple la composition d’un actif, sa fonctionnalité, sa perception, sa solidité, sa confrontation avec les différents contextes géopolitique, économique, financier, etc. L’analyse de ces nombreux éléments permet de savoir si un actif a une tendance baissière dominante, une tendance neutre dominante, ou une tendance haussière dominante.

Découvrir aussi notre guide Comment devenir un trader Bourse

4- Scalping trader : choisir un sens d’intervention unique




Choisir un sens d’intervention unique rejoint la règle n°3. En effet, beaucoup de débutant en trading vont vouloir acheter et vendre un même actif en fonction de leurs propres règles. Il s’agit d’une erreur car acheter et vendre le même actif multiplie par 2 le risque de mauvais trades. Si par exemple l’actif en question à une tendance structurelle haussière, alors, ne chercher que des achats sera beaucoup plus avantageux car le trader sera toujours dans le sens structurel de la tendance dominante. Cela permettra au trader, avec un money management adapté, d’avoir soit raison à court terme, soit à moyen terme, soit à long terme, mais de toujours avoir raison car la tendance lui donnera raison. Alors que faire des achats et des ventes en même temps ne fera que générer deux fois plus de trades qui seront par conséquent contre la tendance.

5- En scalping utiliser une stratégie de rebonds et non de cassures

Trader les cassures est selon moi plus complexe que de trader les rebonds. Tout d’abord, d’un point de vue psychologique, la cassure a une connotation négative (casser), alors que le rebond à une connotation de réparation. Ensuite, d’un point de vue technique et financier, en tradant les cassures, l’objectif sera de chercher quelques choses de nouveau, un nouveau prix, un nouvel objectif, alors qu’en tradant les rebonds, l’objectif sera de chercher un réajustement du prix. Par exemple, si la valeur d’un actif devrait être de 1 500 et que celui-ci se trouve à 1 300, alors c’est que le prix est sous-évalué et un réajustement est à prévoir. Cette amplitude de réajustement donne l’amplitude nécessaire pour trader. Et enfin, le ratio amplitude-risk/gain est beaucoup plus intéressant sur un rebond que sur une cassure.

Consulter également notre article Pourquoi et comment réaliser un plan de trading

6- Utiliser des outils non interprétatifs pour scalper




Beaucoup de débutant vont utiliser des indicateurs connus, comme le RSI, les bandes de Bollinger, le stochastique, etc. Selon moi c’est une erreur, car il s’agit d’outil interprétatif et adaptatif. En effet, le trader Bourse va devoir interpréter chaque information et ainsi se poser des questions telles que :

  • Est-ce que la courbe des moyennes mobiles est bonne ?
  • Est-ce que l’inclinaison est forte ou pas ?
  • Pourquoi il y a 2 minutes mon signal étais valide et maintenant il est invalidé ?
  • Est-ce que j’utilise les bons paramètres de mon indicateur ?

Le problème rencontré est le suivant : si le trader n’est pas à 100 % de sa forme, son interprétation sera biaisée.

A contrario, utiliser certains indicateurs non interprétatifs, quantitatifs et limités dans le temps sera beaucoup plus pertinent. Je prends comme exemple les points pivots qui seront figés dans le temps avec une validité temps définie. Un niveau de point pivot mensuel à 3 256 sera et restera à 3 256 pour tout le mois en cours. Pour ma part, j’ai eu la chance de pouvoir me spécialiser sur l’utilisation des volumes profiles.

Découvrir aussi notre article Comment trader avec Fibonacci

7- Trading : utiliser une séquence de mise

Dit comme ça, cela peut s’apparenter à un jeu de casino mais ne vous y trompez pas. Il s’agit là d’un point très important. Utiliser une séquence de mise est un moyen de faire varier la valeur monétaire de son gain en fonction de la probabilité de réussite du trade. Il s’avère très intéressant de varier la taille des lots en fonction de la pertinence et de la probabilité de réussite d’un trade. Si par exemple une opportunité de scalping se présente sur un niveau mensuel, il peut par exemple être intéressant de miser 2 fois plus que sur un niveau weekly, et miser 3 fois plus que sur un niveau daily. Tout comme si une opportunité se présente sur du 30 minutes, miser 10 fois moins que sur une opportunité daily, etc.

Bien entendu, cela se calcule en fonction de la valeur de son portefeuille boursier, de son expérience personnelle et de son schéma financier global. À titre personnel, j’utilise du levier car j’ai un schéma financier complexe qui me permet de diluer le risque du levier. Cependant, un trader débutant ne doit en aucun cas faire du levier.

8- Utiliser un money management adapté au scalping




Je le rappelle, cet article est dédié aux scalpeurs et cela implique un money management adapté. Le scalpeur va chercher à faire des petits gains en termes d’amplitude dans un laps de temps réduit. Cependant, cela ne veut pas dire que le marché s’arrête au franchissement de son « Take Profit ».

Aussi, à titre personnel, je vais rapidement sortir 80 % de ma position, mettre un Stop Loss à « break-even » positif (en incluant le spread) et laisser courir le reste aussi longtemps que possible. Cela permet d’encaisser des gains plus régulièrement en toute tranquillité d’esprit.

Par exemple : sortir 80 % de la position à +5 points de gains, mettre un Stop Loss à « break-even » positif, et laisser courir les 20 % restant. Au pire, il sera fermé à « break-even », au mieux cela générera peut-être 10 ou 20 points de plus.

Le scalping une pratique intensive du trading

Pour conclure, le scalping est une pratique intensive du trading. Rare sont ceux qui en font pendant 20 ans. Aussi, il ne faut jamais oublier de réinvestir ses gains dans des supports d’investissements présentant un risque faible afin de capitaliser sur les gains réalisés chaque jour.

Consulter également notre guide Quel est le meilleur placement pour votre argent

Source des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.