Livret Distingo sans risque à 4% + 80€ offerts*
Comment et pourquoi trader les futures ?

Comment et pourquoi trader les futures ?




Dans le monde dynamique des marchés financiers, les contrats à terme ou futures sont des produits dérivés incontournables pour les traders sophistiqués cherchant à mettre en place des stratégies de trading pros telles que le scalping, pour se couvrir contre les fluctuations du prix d’un actif ou pour spéculer activement sur des marchés tels que celui des matières premières.

Cet article vise à démystifier le fonctionnement et l’usage des contrats à terme ou futures, en explorant leurs caractéristiques, leurs avantages, ainsi que les techniques et les informations essentielles pour les négocier efficacement en Bourse.

Un contrat future, qu’est-ce que c’est ?




Les contrats à terme (ou « futures » en anglais) font partie de la grande famille de produits dérivés. Initialement réservés aux professionnels de la finance, ils sont désormais accessibles à la plupart des traders particuliers.

Contrat future définition

Le « future » est un contrat à terme négociable à l’achat ou à la vente portant sur un sous-jacent, permettant ainsi de se positionner sur la hausse ou sur la baisse de la valeur d’un actif. Le contrat est standardisé et traité sur un marché organisé (en opposition au marché OTC où les produits financiers sont traités de gré à gré, comme les CFD par exemple). Les contrats futures intègrent une date limite appelée échéance.

Histoire des contrats à terme

Anecdotiquement, on peut dater les débuts des contrats à terme au cours de la période babylonienne. Donc, rien de neuf sous le soleil, ou presque, concernant le principe du contrat à terme. Mais si l’on s’intéresse plus sérieusement aux contrats futures standardisés, on peut faire coïncider leur apparition avec la création du CBOT (Chicago Board Of Trade), en 1848. Le CBOT a été la première place boursière proposant des contrats futures dédiés aux céréales. En 1874, le CME (Chicago Mercantile Exchange) a lui aussi proposé des futures, essentiellement pour le bétail.

Les Futures : fonctionnement et cotation




Les fluctuations du prix d’un contrat future accompagnent celles du sous-jacent avec un écart de cotation qui dépend de plusieurs facteurs :

  • valeur temps jusqu’à l’échéance,
  • coût de l’immobilisation des capitaux par rapport au taux sans risque,
  • valeur des dividendes (si action ou indice) non perçus par les contrats.

Ainsi, à quelques minutes de l’échéance, exception faite des ultimes arbitrages, la valeur des contrats est égale à la valeur du sous-jacent dit cash.

Les échéances des contrats futures

Les échéances dépendent des spécifications du contrat. Généralement trimestrielles sur les indices, sauf pour le CAC40 (Future CAC ou FCE).

Dans tous les cas, le contrat est associé à l’année et au mois d’échéance.

Mars H Juin M Septembre U Décembre Z
Février G Mai K Août Q Novembre X
Janvier F Avril J Juillet N Octobre V

Les horaires de trading des contrats futures

Chaque contrat future aura ses propres spécifications horaires. On est bien dans un monde régulé et règlementé.

  • Le contrat FCE (CAC 40) ouvre sa cotation à 08:00 pour clôturer à 22:00.
  • Le contrat DAX (DAX40), qui ouvrait sur les mêmes horaires que le CAC, offre depuis 2021 des horaires élargis en démarrant à 02:15 pour terminer à 22:00. L’intérêt est évident, en cas de position swing, overnight, avoir des horaires élargis permettra d’éviter ou de limiter les gaps et donc permet de mieux gérer notre risque sur les stops loss.
  • Les indices américains ferment à 23:00 pour reprendre à 00:00.

Les caractéristiques et avantages des contrats futures

Comment et pourquoi trader les futures image2

La liquidité des futures

Les contrats futures présentent généralement une bonne liquidité, sauf si l’on s’aventure sur des contrats exotiques. Mais la base pour avoir une bonne liquidité est de traiter le contrat sur l’échéance en cours.

La liquidité se définit comme la capacité du trader à pouvoir ouvrir et fermer une position en ayant à tout moment une contrepartie.

L’absence de liquidité conduira à un spread (écart entre acheteur et vendeur) large et donc à des coûts cachés pour solder sa position.

Un positionnement à l’achat ou à la vente pour les contrats à terme

Un future permet d’acheter, pour se positionner « long » sur le sous-jacent, mais le future permet aussi de vendre, pour se positionner « short » et donc spéculer à la baisse.

La notion de marge : une caractéristique à prendre en compte pour les Futures




L’achat du future déclenche la prise d’une marge (margin) par le courtier. Cette marge représente entre 5 et 10 % de la valeur du contrat, en fonction d’exigences règlementaires mais aussi de volatilité du sous-jacent. Plus le sous-jacent sera volatile et plus la marge demandée pourra être élargie. La marge demandée varie aussi en fonction du courtier et de l’usage (intraday ou overnight) et de l’objet (ouverture de position ou maintien).

Pour se faciliter le trading, il est conseillé de prendre la marge maximale comme référence, sauf pour les traders très expérimentés, très actifs en intraday, qui opteront eux pour les marges minimales.

Par exemple, la marge pour un contrat future CAC40 (FCE) sera comprise entre 5 300 et 7 600 € soit entre 7 % et 10 % (environ) au 14 février 2024.

L’effet de levier : l’outil à double tranchant des contrats futures

L’effet de levier découle directement de la notion de marge que nous venons d’étudier. Je peux acheter (ou vendre) un contrat FCE pour 7 600, j’utilise de fait un effet de levier de 10, puisque le CAC40 vaut 7 600 x 10 € soit 76 000 €.

Autrement dit, si le CAC 40 gagne 1 %, je gagnerai 760 € soit 10 % de mon investissement. On en reparlera ci-dessous avec les appels de marge.

Je pense que tous les traders du monde sont d’accord avec ça, mais il ne faut jamais oublier que le levier 10 marche dans les deux sens : autant pour les gains que l’on accueille avec le sourire, que pour les pertes, qui nous font plus spécifiquement grincer des dents.

Pour être clair, une baisse de 1 % du CAC 40 vous fera perdre 10 % de vos 760 €. Et donc une baisse de 10 % du CAC vous fera perdre toute votre marge.

Tout trader devra donc respecter strictement ses règles de money management, et ce, d’autant plus strictement, qu’il utilise l’effet de levier.

L’appel de marge : une composante à ne pas négliger pour trader les contrats à terme

L’appel de marge est la marge supplémentaire demandée par le courtier. En réalité, tout se passe de manière mécanique.

Si vous êtes en gain, et pour reprendre l’exemple précédent, de 1 %, vous n’avez plus 7 600 € mais vous avez 7 600€ + 760 € soit 8 360 €.

Dans ce cas, pas d’appel de marge. Bien au contraire, votre marge s’est renforcée.

Mais si le CAC 40 a baissé de 1 %, vous êtes en débit de 760 €, ce qui signifie que votre solde n’est plus que de 6 840 €. Le courtier est donc en droit de vous demander de rajouter des fonds sur votre compte pour répondre aux exigences des appels de marge.

En réalité, il est bien évidemment fortement déconseillé d’utiliser l’effet de levier au maximum. Il n’y a guère que dans les films où l’on voit des traders s’exciter pour leurs appels de marge.

Le conseil est donc de jamais aller au-delà d’un levier de 2 ou 3 (en étant déjà un peu maître de son sujet) et seuls les traders très expérimentés pourront aller au-delà sans jamais dépasser un levier de 5.

Les frais de courtage relativement faibles des contrats futures




Les frais de courtage des futures sont faibles par rapport aux autres produits. C’est un avantage essentiel de ce produit.

Prenons le contrat DAX qui vaut 15 000 * 25 € soit 375 000 €

Le tarif pour un contrat sera d’environ 1,5 € (selon les courtiers) soit 0,0004 %. On est loin des frais que l’on paye sur les actions par exemple.

Le roulement d’échéances : une pratique destinée à conserver ses contrats futures

Puisque les contrats ont des échéances, le maintien des positions sur plusieurs semaines ou plusieurs mois nous demandera de « rouler » nos positions, ce qui signifie juste sortir du contrat actuel pour se repositionner sur le contrat d’échéance suivante.

Si je suis à la vente sur le DAX au 15 décembre 2023 et que je veux conserver mon contrat, car j’ai des objectifs baissiers sur plusieurs semaines, il me faut rouler en achetant le contrat décembre (je le solde) et en vendant un nouveau contrat, celui de mars 2024.

La valeur d’un contrat à terme

La valeur d’un contrat se calcule simplement en multipliant la valeur du point future par le nombre de points de l’indice.

Sous-Jacent Future Valeur Point Valeur indice Valeur contrat Future
CAC40 FCE 10 € 7650 76 500 €
DAX40 DAX 25 € 16900 422 500 €
DXM 5 € 16900 84 500 €
DXS 1 € 16900 16 900 €
Nasdaq NQ 25 $ 17600 440 000 $
MNQ 5 $ 17600 88 000 $
Dow Jones IA YM 5 $ 38200 191 000 $
MYM 0.5 $ 38200 19 100 $
SP500 ES 50 $ 4950 247 500 $
MES 5 $ 4950 24 750 $
Lire aussi notre article Les options, comment ça marche ?

Futures : les différents contrats à terme disponibles




Le sous-jacent peut être une matière première agricole (soja, maïs), un indice d’actions (Dow Jones, Nasdaq, CAC 40), une devise (Eurodollar), une matière première (pétrole, or), un taux d’intérêt (T-Bond, Bund) ou une crypto monnaie (Bitcoin). C’est un autre avantage des contrats futures de nous offrir un accès à des sous-jacents multiples et très variés.

Futures sur indices

Parmi les principaux indices qu’il est possible de travailler avec une bonne liquidité, on trouvera les 3 grands indices européens (Eurostoxx 50, Dax 40 et CAC 40) et les 3 grands indices américains (DOW JONES IA, SP500 et NASDAQ100).

Futures sur matières premières agricoles

Maïs (corn), soja (soybean), soybean oil (huile de soja), bétail (live cattle), porc (lean hog), riz (rough rice), avoine (oats).

Futures sur matières premières et métaux

Pétrole, gaz naturel, or, cuivre, argent…

Futures sur devises

Eurodollar, EURJPY, USDJPY, GBPUSD, Dollar index, …

Futures sur les taux

Bund (taux allemand), FOAT (obligations françaises), 10Y T-note (obligations américaines) …

Futures sur les crypto monnaies

Bitcoin et Ether

Les stratégies de trading avec les futures



La spéculation avec les contrats à terme

La spéculation consiste à acheter à un prix « bas » pour revendre à un prix plus élevé ou de vendre (shorter) à un prix « haut » pour racheter à un prix bas.

Toutes les stratégies classiques de trading sont réalisables avec les contrats futures avec tous les avantages liés à ce produit : liquidité, régulation et règlementation du contrat, effet de levier, marge, frais de transaction.

Les contrats futures sont notamment appréciés des traders utilisant des stratégie de scalping au carnet d’ordre.

Tous ces éléments font du contrat future le produit vedette des traders professionnels, mais aussi des traders individuels.

Le contrat future : un instrument de couverture

En plus de spéculation classique, le trader pourra établir des opérations de couverture avec les contrats futures.

Deux types de couverture sont possibles :

  • des couvertures classiques de portefeuilles actions
    • L’investisseur qui détient un portefeuille action équilibré et corrélé au CAC 40 pourra, s’il envisage une correction des marchés actions, shorter des contrats futures à hauteur de la taille de son portefeuille. Le coût de la couverture sera insignifiant et beaucoup moins élevé qu’avec d’autres produits de couverture type ETF. L’inconvénient est de ne pas pouvoir facilement ajuster la taille à son portefeuille.
  • des couvertures et des stratégies complexes entre produits dérivés : options et futures
    • Les contrats futures permettent d’élargir la palette de stratégies à disposition des traders en combinant options et contrats futures. Le trader pourra alors intervenir à la fois sur des éléments directionnels, mais il ajoutera des critères de volatilité et de temporalité à sa stratégie.
Consulter également notre article Comment couvrir son portefeuille

En conclusion, le contrat future est le produit préféré des traders professionnels et des traders actifs. Il présente des avantages incontestables et peu ou pas de défauts, sinon celui d’une taille parfois trop grande pour les traders qui débutent sur les marchés avec de petits comptes de de trading.

L’arrivée et la démocratisation des micros-contrats est en train d’éliminer le dernier frein à l’accessibilité de ce produit professionnel. Attention quand même aux commissions sur les micro-contrats, qui ne sont toujours pas proportionnelles aux montants du contrat, et par conséquent nettement plus chères que sur des contrats standards.

Abonnez-vous à notre Newsletter et bénéficiez gratuitement de nos conseils de Trading

Source des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.