Prop firm : qu’est-ce que c’est ? Comment en profiter ?

Prop firm : qu’est-ce que c’est ? Comment en profiter ?

Les Prop Firms sont devenues très à la mode depuis quelques temps, et il suffit de surveiller les réseaux sociaux pour voir l’engouement des traders particuliers pour ces nouvelles offres dont la promesse est de devenir trader professionnel.

Si les promesses des Prop Firms semblent attrayantes, nous allons découvrir dans cet article tout ce qu’il faut savoir sur les Prop Firms, les risques et les pièges à éviter. Nous verrons pourquoi un trader pourrait s’intéresser à ce type d’offre et comment y souscrire en 2024. En conclusion, nous ferons le comparatif entre un compte de trading réel et la souscription à une Prop Firm pour voir s’il peut être intéressant ou non de passer par une prop firm pour un trader indépendant.

Qu’est-ce qu’une Prop Firm ?

Une Prop Firm, pour « proprietary firm », est une société d’investissement qui gère en bourse uniquement ses capitaux propres. Traditionnellement, les Prop Firm sont fondées par un ou plusieurs traders ayant accumulés plusieurs années d’expérience en banque ou dans un hedge fund, et souhaitant se mettre en compte propre.

Depuis quelques années, certaines Prop Firm à la recherche de traders talentueux, proposent aux traders indépendants l’allocation d’un capital en gestion et un partage des gains issues de la performance. Généralement, l’allocation de fonds fait suite à une période de test ou d’évaluation pendant laquelle la Prop Firm va mesurer les compétences des traders candidats. Certaines Prop Firm font payer des droits d’entrée pour participer à la période d’évaluation, et vous comprendrez dans la suite de cet article que c’est généralement là que les choses se gâtent et qu’on se retrouve à la limite de la légalité.

En principe, le trader indépendant peut espérer récupérer une commission à la performance de 15 à 30 % des gains qu’il a réalisé sur les capitaux qui lui ont été confiés. Nous verrons que certaines Prop Firm proposent de reverser jusqu’à 90 % des gains réalisés, mais ce sont les offres qu’il faut justement éviter car cela cache souvent une offre malhonnête.

Si le modèle de la vraie Prop Firm peut être un tremplin intéressant pour les traders indépendants qui ont du talent, il faut noter que la plupart des Prop Firm qui sont nées au cours des derniers mois, à la suite du phénomène de mode qui les entoure, ne sont en réalité que des offres de courtage non régulées et déguisées pour offrir plus de levier, voire parfois même de véritables arnaques.

Le régulateur américain (SEC) a déjà réagi pour faire interdire récemment une Prop Firm malhonnête et non réglementée du nom de « My Forex Funds ».

Si l’on pourrait penser aux premiers abords que les Prop Firms correspondent à l’uberisation de la gestion d’actifs, détrompez-vous et lisez la suite.

Quels sont les différents types de Prop Firm ?

Soyons clair, la plupart des Prop Firm dont vous verrez la publicité sur les réseaux sociaux ne sont pas réellement des entreprises qui veulent vous prêter un capital et partager avec vous les gains réalisés. En effet, les Prop Firm sont là pour faire croire à un maximum de trader particuliers qu’il sera possible de devenir trader professionnel en souscrivant à leur offre payante.

Le business model de la Prop Firm est donc d’encaisser un maximum d’abonnement ou de frais d’inscription, puis comme nous avions pu le voir il y a quelques années avec les options binaires, parier sur le fait que la plupart des participants seront perdants.

Nous avons identifié trois types de business model avec les Prop Firm, nous allons les décrypter ci-dessous :

La Prop Firm en Trading virtuel uniquement

Il existe un type de Prop Firm avec laquelle toutes les transactions n’ont lieu que dans un environnement de trading virtuel (démo), sans que vous le sachiez. Dans ce cas, ce sont les frais d’inscription de l’ensemble des perdants qui payent les gains des traders gagnants. On est ici très proche du fonctionnement des options binaires, dont l’objectif est de fonctionner sur les pertes des traders particuliers, et qui ont été largement populaires avant l’interdiction par l’AMF en raison de l’aspect malhonnête de l’offre.

Selon une étude de SMB Training, le taux de traders échouant à l’étape de la période d’évaluation est de l’ordre de 95 %, et ce n’est pas un hasard. En effet, les conditions exigées pour passer la période d’évaluation sont proches de l’impossible avec des objectifs de gain mensuel à deux chiffres et un drawdown très serré.

D’autres études annoncent même que seulement 0,28 % des inscrits parviennent à décrocher une allocation de capitaux et des gains.

Il faut bien comprendre dans ce cas que ce sont les 150$ ou les 390 $ de frais d’inscription, que des milliers de participants ont payé, qui va financer l’allocation de capitaux des quelques traders. Précisons d’ailleurs que la Prop Firm ne finance pas la totalité du capital alloué, mais seulement le drawdown maximum imposé.

Exemple : vous recevez une allocation de 100 000 $ avec un drawdown maximum de 8 %, alors la Prop Firm ne sortira de sa poche que 8 000 $ correspondant à la perte maximum que vous êtes autorisé à avoir.

Les traders n’ayant pas un capital suffisant pour faire du trading à temps plein, qui sont sûrs de leur stratégie et qui pensent pouvoir passer sans trop de difficulté la période de test, pourront toujours tenter d’obtenir une allocation de capitaux par ce biais. Néanmoins, il faudra se rappeler que, comme au loto, ce sont les perdants qui vont payer votre ticket gagnant.

Le broker non-régulé déguisé en Prop Firm

Il existe aussi des Prop Firm qui sont en fait des courtiers Bourse non-régulés déguisés, qui passent toutes les transactions sur le marché en OTC en tant que courtier CFD. Dans ce cas, le dépôt de garantie pour le trading sur marge est camouflé en frais d’inscription. Il s’agit alors d’un moyen pour faire passer une offre de courtage pour une offre de gestion, et pour offrir un effet de levier supérieur au maximum autorisé par la loi.

Le trader paye sa perte en avance avec les frais d’inscription et il a le droit de trader sur un capital artificiellement gonflé avec le levier. Parfois, il n’y a même pas de période d’évaluation avec ce type d’offre, ou alors des évaluations qui sont rapides (2 ou 3 jours) et faciles.

Le montant nettement plus élevé qu’avec les autres Prop Firm est parfois justifié par l’accès à une formation vidéo. Notons d’ailleurs que certaines offres de formation au trading intègrent un concept proche de la Prop Firm après avoir conclu un accord avec un courtier bourse. Le montant que vous aurez payé correspondra alors à vos pertes payées en avance (90 % du montant) et à la formation (10 % du montant).

Exemple : vous devez payer 3 500 euros de frais d’inscription (et de formation) pour avoir accès, après la période d’évaluation, à un capital de 100 000 euros. Dans le cadre de la gestion de ce capital, vous avez le droit à un levier réglementaire de 10:1 maximum. En réalité, vous tradez avec 3 500 euros et un levier de plus de 250:1 !

Il est vivement déconseillé d’utiliser ce type de solution, car en plus d’offrir un effet de levier qui va au-delà des limites légales, ce type d’entreprise, n’étant pas régulées, ne peuvent vous garantir la « best execution » et vous serez toujours exposé à des manipulations de prix sur les produits OTC.

Ce type de Prop Firm n’étant en fait qu’un broker bourse déguisé, le partage des gains est souvent supérieur à 80 % en faveur du trader, voire même 90 ou 95 %.

La Prop Firm partenaire d’un broker sur contrats futures

Il s’agit là du type de Prop Firm qui est probablement le plus intéressant. Il faut s’assurer que la Prop Firm travaille avec un courtier en Bourse sérieux et passe réellement les ordres de ses clients sur les contrats à terme.

L’avantage avec ce type de Prop Firm, c’est que l’on écarte totalement les manipulations de prix et la triche de la part de la Prop Firm, puisqu’on intervient directement sur des marchés réglementés et centralisés.

Si la Prop Firm peut avoir un intérêt sur les volumes de transaction de ses clients, et aussi financer les allocations de capitaux par le biais des frais d’inscription, il n’en reste pas moins que c’est la seule solution qui permette de décrocher un capital beaucoup plus important que ce que la majorité des traders particuliers pourraient déposer sur le compte d’un broker.

Même s’il s’agit de la solution la plus intéressante, il faut néanmoins faire le tri et lire les petits caractères des conditions générales. Toutes les Prop Firm sur contrats Futures ne se valent pas. Certaines sont plus contraignantes que d’autres.

Le pourcentage des gains qui vous est reversé est un indicateur de sérieux : aucune entreprise sérieuse n’acceptera de vous prêter un capital et de vous reverser 80 ou 90 % des gains que vous avez réalisés avec les capitaux prêtés. La norme dans le monde professionnel est de l’ordre de 15 à 20 % des gains reversés au trader.

Pourquoi s’inscrire dans une Prop Firm ?

L’intérêt principale de souscrire à l’offre d’une Prop Firm, c’est d’essayer de décrocher un capital plus important que ce qu’un trader pourrait avoir les moyens de déposer sur un compte de trading, avec comme finalité d’en faire une activité à temps plein.

Si les statistiques ne sont pas brillantes avec les Prop Firm, elles ne sont pas vraiment meilleures avec les particuliers qui tentent de vivre du trading avec leur propre argent. L’avantage avec une Prop Firm, c’est qu’en cas d’échec, le trader ne perd pas tout son capital mais seulement les frais d’inscription.

La participation à une période d’évaluation d’une Prop Firm peut aussi avoir un aspect pédagogique, forçant un trader débutant à respecter un ratio de risque/rendement positif en lui apprenant à gérer un drawdown maximum. Il est préférable dans ce cas de souscrire à la plus petite formule, certaines Prop Firm proposent des formules à partir de 35 euros. Ce sera largement suffisant pour se former dans un environnement virtuel.

Nous vous invitons dans tous les cas à la plus grande vigilance tant que l’AMF n’aura pas tranché pour réguler l’offre des Prop Firm.

Découvrir aussi notre article Focus sur le métier de trader compte propre

Comment s’inscrire dans une Prop Firm ?




La première étape après l’inscription sur le site d’une Prop Firm, c’est le choix de la formule. En fonction du capital que vous souhaitez obtenir, les frais d’inscription pour la période d’évaluation seront plus ou moins élevés.

Si vous visez l’allocation d’un capital de 25 000 $, les frais d’inscription seront compris entre 150 et 250 $. Alors que si vous visez l’allocation d’un capital de 200 000 $, les frais d’inscription seront compris entre 950 et 1 200 $. Les frais d’inscription peuvent également être proposés sous forme d’abonnement mensuel, lequel sera alors de 50 euros à 150 euros par mois en fonction des formules choisies.

Il faudra ensuite passer la période d’évaluation qui peut durer une semaine ou un mois. Pendant cette période, vous aurez un objectif de gain à réaliser et un drawdown maximum à respecter. Tout au long de la période d’évaluation, vous êtes systématiquement sur un compte démo.

Voici typiquement quelles seront les conditions imposées par une Prop Firm :

  • une limite de perte maximum (6 à 8 % de drawdown) ;
  • une limite de perte journalière (3 à 5 % de dawndown) ;
  • un objectif de bénéfices (10 à 15 %) ;
  • un nombre de jours minimal d’activité (30 jours) ;
  • un levier imposé (max 20 :1).

Les traders qui réussissent la période d’évaluation, aussi appelée « Challenge » ou « Défi », reçoivent alors une allocation de capital pour une durée qui est parfois limitée (généralement 30 ou 90 jours). Si la durée est limitée, il faudra repasser la période d’évaluation à l’issue de la période de trading et payer à nouveau les frais d’inscription.

Dans certaines offres de Prop Firm, les frais d’inscription pour la période d’évaluation sont remboursés si vous réussissez à passer tous les tests.

Pendant toute la durée de l’allocation de capitaux, les mêmes conditions restrictives que pendant l’évaluation sont applicables. Ainsi, si vous dépassez le niveau de perte maximum, les capitaux qui vous ont été confiés vous sont retirés.

Quels sont les risques et les pièges à éviter avec les Prop Firms ?




Le principal risque avec les Prop Firm, c’est de dépenser d’importantes sommes d’argent étalées sur plusieurs mois pour tenter de réussir le challenge de l’évaluation. Nous avons reçu des témoignages de traders particuliers qui ont dépensé jusqu’à 6 000 euros en quelques mois, en accumulant les tentatives avec des frais d’inscription allant de 100 à 300 euros. Dans ce cas, il est nettement préférable d’ouvrir un compte de trading classique et d’y déposer 6 000 euros, nous en parlerons en dernière partie de cet article.

Le piège réside le plus souvent dans les conditions imposées par les Prop Firm : certaines évaluations sont tout simplement impossibles à passer, ou alors statistiquement quasiment impossibles.

Parmi les critères qui truquent le résultat en faveur d’une Prop Firm, ce sont les drawdown qui s’accumulent au fil du temps. Par exemple, si vous avez subi un drawdown de 2 % avant-hier et 3 % aujourd’hui… le système vous comptabilise un drawdown total de 5 %, et vous perdez votre allocation de capital ou alors vous êtes éliminé de la période d’évaluation.

Tout se joue donc dans les conditions en termes d’objectif de performance et de drawdown. Ne vous laissez pas aveugler par les montants importants qui vous sont promis en gestion.

Ouvrir un compte de Trading ou rejoindre une Prop Firm : que choisir ?




Quand on observe que des traders indépendants dépensent parfois d’importantes sommes dans les frais d’inscription aux Prop Firm, tentant des dizaines voire des centaines de fois de passer l’évaluation, il est légitime de se demander s’il ne serait pas préférable de directement commencer le trading en réel avec un courtier en Bourse sérieux comme par exemple IG ou Saxo Banque.

Effectivement, le seul intérêt de la Prop Firm reste de ne pas avoir besoin d’un capital de départ et de pouvoir tenter sa chance en Bourse avec quelques centaines d’euros maximum.

Il faut donc se mettre une limite, un budget maximum à ne pas dépasser, sans quoi vous pourriez gaspiller de l’argent qui aurait pu constituer un capital de départ avec lequel vous n’auriez eu aucune restriction de drawdown et avec lequel vous auriez pu garder 100 % des gains réalisés.

En conclusion, et nous ne le rappellerons jamais assez, souvenez-vous qu’aucune des offres de Prop Firm ne sont régulées et réglementées, contrairement à l’offre des courtiers en bourse. Tant que l’AMF n’aura pas statué sur la question des Prop Firms, et en attendant qu’apparaissent les premières offres de Prop Firms approuvées par l’AMF, ou par un autre organe de régulation européen, il faut être extrêmement vigilant et ne pas prendre trop au sérieux ce genre d’offre.

Découvrir aussi notre article Comment devenir un pro du trading ?

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.