Pourquoi et comment investir et trader le Yuan en 2024 ?

Pourquoi et comment investir et trader le Yuan en 2024 ?




La place de la monnaie chinoise dans le paysage économique mondial pèse de plus en plus, et c’est la première devise au monde à devenir une monnaie numérique de banque centrale (MNBC). Café du Trading vous présente un dossier complet sur le yuan, ses caractéristiques, ses atouts et faiblesses et l’intérêt que peut trouver l’investisseur particulier à trader la devise chinoise, ou même à investir sur le yuan.

Découvrez aussi des stratégies de trading applicables sur le yuan, les risques à connaître et nos conseils pour trader le CNY en 2024.

Qu’est-ce que le yuan ou CNY ?



Les caractéristiques de la devise chinoise

La monnaie nationale chinoise est le plus souvent appelé yuan (CNY – « Chinese National Yuan ») même si, officiellement, son nom est : renminbi (RMB), signifiant « monnaie du peuple ». Le yuan n’est qu’une unité de compte. Cette monnaie est principalement indexée sur le dollar américain, les États-Unis étant le premier allié économique de la Chine. La devise chinoise est émise par la Banque Populaire de Chine (BPC). Seules deux régions chinoises n’utilisent pas le yuan : Hong Kong et Macao.

Le symbole monétaire du yuan (¥) est le même que celui du yen (devise japonaise), ce qui peut prêter à confusion. Tout comme ont existé l’ancien franc et le nouveau franc, il existe un ancien yuan et un nouveau yuan. L’ancien yuan est apparu en 1912 et il a été remplacé par le nouveau yuan en 1949 au taux de 1 contre 10 000.

Depuis 1981, le taux du USD/CNY le plus bas a été de 1,118 et le taux le plus haut de 8,73. Au 29 février 2024, le taux du USD/CNY s’établit à 7,20.

Le renminbi est le nom de la monnaie chinoise échangée onshore et offshore. En effet, il faut bien avoir à l’esprit que la Chine garde le contrôle des capitaux, ce qui empêche la monnaie de s’écouler à l’étranger et inversement. Le renminbi est donc une seule et unique monnaie, mais négocié à deux taux de change différents, selon l’endroit où il est négocié :

  • Si le RMB est cotée onshore, il est appelé « Chinese Yuan » et son abréviation est « CNY ». C’est bien évidemment du CNY que nous traiterons dans cet article.
  • Si le RMB est cotée offshore, il est aussi appelé « Chinese Yuan » mais en revanche, son abréviation est « CNH ».

Des écarts de prix peuvent affecter le CNH contre le CNY, comme on peut le constater sur le graphique ci-dessous qui laisse apparaitre des différences allant jusqu’à 2 %.

Le taux de change USDCNY est un taux de référence qui n’est pas utilisé dans le trading de devises réel. Lorsque des investisseurs ou des entités souhaitent échanger des dollars contre la devise chinoise, ils le font en utilisant le taux de change USDCNH fixé à Hong Kong. La Banque populaire de Chine fixe le taux médian du yuan onshore (USDCNY) est autorisé à s’échanger 2 % au-dessus ou au-dessous du taux de référence central de la PBoC. Le yuan offshore (USDCNH) qui se négocie en dehors du continent n’est pas contrôlé.

CNH vs CNY : des taux de change différents

CNH vs CNY mars 2024

Source : TradingView

Le CNH n’a qu’un seul objectif pour la Chine : celui de permettre une utilisation croissante de leur monnaie sur le plan international. Bien que les volumes du yuan restent bien inférieurs aux montants échangés au niveau mondial sur le USD, le yuan arrive cependant dans le TOP 5 des devises les plus négocié après l’USD, l’EUR, le JPY et le GBP.

Le yuan, une monnaie controversée

Le yuan est une monnaie controversée, souvent critiquée par la communauté internationale. La devise chinoise a en effet un cours indexé à un panier de monnaies contenant la plupart des grandes devises du globe mais principalement composé de dollars américains (USD : 22,4 %, suivi de l’euro : 16,3 % et du Yen : 11,5 %). À partir de cette indexation (l’indice comprend également les devises de Hong Kong, du Royaume-Uni, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande, de Singapour, de la Suisse, du Canada, de la Malaisie, de la Russie, de la Thaïlande, de l’Afrique du Sud, de la Corée du Sud, des Émirats arabes unis, de l’Arabie saoudite, de la Hongrie, de la Pologne, du Danemark, de la Suède, de la Norvège, de la Turquie et du Mexique), la Chine ne se prive pas pour dévaluer sa monnaie en fonction de ses intérêts économiques et commerciaux. Cette sous-évaluation, parfois due à des dévaluations brutales du Yuan permet à la chine de rester compétitive sur les marchés internationaux et de maintenir une balance commerciale largement excédentaire.

Le yuan prend aussi une place de plus en plus importante au niveau géopolitique, notamment en raison de l’adoption grandissante de la monnaie chinoise comme réserve par les pays souhaitant abandonner le dollar américain ou comme monnaie d’échange pour les importantes transactions commerciales. Ainsi, dans le cadre de la guerre en Ukraine et pour tenter de contourner les sanctions internationales, la Russie s’est tournée vers le yuan chinois pour s’affranchir du dollar US.

Yuan : les facteurs qui influencent le cours de la monnaie chinoise



Rôle de Beijing sur les cours du CNY

Le rôle de Beijing sur les cours est sans aucun doute le premier élément qui vient à l’esprit quand on parle des facteurs impactant la devise chinoise. On a souvent parlé de « Guerre des changes » pour qualifier les successives dévaluations brutales du yuan par Beijing.

Il faut en effet rappeler que le régime communiste continue d’encadrer étroitement la devise chinoise : le yuan n’est pas librement convertible, la banque centrale chinoise (PBOC) peut tout à fait régler le cours-pivot à sa guise. Et même si Pékin explique pour justifier une soudaine dévaluation (comme en août 2015) avoir mis en place un nouveau mode de calcul du pivot pour mieux refléter les mouvements du marché, la communauté internationale se montre plus que sceptique face à ces déclarations.

La bonne ou mauvaise santé de l’économie chinoise

La bonne ou la mauvaise santé de l’économie chinoise impacte fortement le cours du yuan. Selon Swift, le Yuan se situe à la 5ème place du classement des devises les plus utilisées dans les échanges commerciaux. D’après les données du FMI, la position du Yuan est en 8ème place des devises les plus utilisées dans les échanges commerciaux.

En 2016, le Yuan était parvenu à grimper à la troisième place du classement, mais la crise du Covid-19 a eu un impact négatif sur l’économie chinoise et sur l’utilisation du yuan dans le commerce international.

Il faudra attendre le rapport de la banque des règlement internationaux (BIS) pour en savoir plus sur la position du Yuan en 2024.

Bien que l’on puisse considérer que l’effet Covid soit derrière nous, nous pouvons constater que la croissance du PIB chinois n’a pas encore tout à fait repris son rythme d’avant la pandémie, d’autant plus qu’une nouvelle crise sanitaire touche la Chine avec une épidémie de pneumonie, une conséquence indirecte de la pandémie de Covid.

Croissance du PIB Chinois

Croissance PIB chinois mars 2024

Source : Trading Economics

Alors qu’une inflation trop importante pénalise l’économie d’un pays, l’absence d’inflation est souvent le reflet d’une économie qui n’arrive pas à croître. Bien que la croissance du PIB chinois soit à un niveau de 5,2 %, cela reste un niveau de croissance faible comparé à la croissance observée aux cours des dernières années. Associée à une inflation qui se situe sous les 0 % (-0,8 %), il est possible de supposer que l’économie chinoise n’est pas en grande forme.

Beaucoup plus rare pour la Chine, le taux de chômage explose au cours des dernières années.

Taux de Chômage en Chine depuis 2014

Taux Chomage Chine depuis 2014

Source : Trading Economics

Consulter également notre article Les chiffres économiques à suivre pour son trading

Évolution du cours du CNY de 1981 à 2024




Depuis 1981, le taux du USD/CNY le plus bas a été de 1,18 et le taux le plus haut de 8,73. Au 29 février 2024, le taux du USD/CNY s’établit à 7,20.

evolution cours CNY 1981-2024

Source : Trading Economics

Alors que le taux de change était rattaché au dollar US pour une valeur fixe de 2,46 yuans, un taux de change flottant a été adopté à partir de 1980. En 1993, le prix du yuan était à son niveau le plus bas avec un prix de 8,73 yuans pour un dollar américain.

Sous la pression des USA, la Chine a laissé le yuan revenir sur les niveaux de 6,82 en 2009, et même plus bas en 2010.

Le constat flagrant en observant les cours du USD/CNY depuis 1981, c’est que l’on voit clairement qu’avant 2010, les prix ne semblaient pas évoluer « naturellement ». Depuis maintenant plus de 10 ans, les mouvements de prix du CNY semblent plus naturels.

Les élections de Taïwan de 2024

Les récentes élections taïwanaises de janvier 2024 ont marqué un tournant décisif dans les relations délicates entre Taipei et Beijing, avec des répercussions notables sur le Yuan chinois. La victoire de Lai Ching-te (Parti démocratique progressiste – DPP), connu pour ses positions fermes en faveur de l’indépendance de Taïwan, a entraîné une réponse immédiate des marchés financiers, témoignant de l’inquiétude croissante des investisseurs quant à l’escalade des tensions entre les deux rives du détroit de Taïwan.

En effet, dès l’annonce des résultats des élections taïwanaises, le Yuan a connu une volatilité accrue, les traders anticipant une période d’incertitude géopolitique prolongée. Les méthodes de coercition militaire et économique de la Chine, bien que devenues une nouvelle normalité, continuent de peser sur la confiance des marchés. Cette instabilité se reflète dans les mouvements spéculatifs autour du Yuan, les investisseurs cherchant à se couvrir contre les risques potentiels d’une détérioration des relations sino-taïwanaises.

La situation est d’autant plus préoccupante que Taïwan demeure un acteur économique majeur, notamment dans le secteur technologique et la production de semi-conducteurs avec notamment TSMC (indispensable pour l’expansion du domaine de l’intelligence artificielle). Toute perturbation dans les échanges bilatéraux pourrait avoir des conséquences significatives sur l’économie chinoise. Les analystes restent donc vigilants, scrutant les moindres signes de changement dans la politique monétaire de la Banque populaire de Chine qui pourrait intervenir pour stabiliser le Yuan face à ces nouvelles dynamiques géopolitiques.

La place grandissante du yuan dans l’économie mondiale



Un rôle majeur en Asie

La volonté d’internationaliser sa monnaie est un objectif affiché par Beijing depuis les années 2000. Cela passe d’abord par une relative stabilité du RMB en Asie. Il s’agit en effet d’une condition préalable pour que le yuan soit utilisé et accepté comme monnaie internationale, et comme un substitut au dollar.

Peu à peu le yuan devrait jouer un rôle majeur en Asie, comme le dollar américain aux Etats-Unis et l’euro dans l’Union européenne.

Une internationalisation de la monnaie chinoise via l’intégration au panier de droits de tirages spéciaux (DTS) du FMI

L’internationalisation de la devise chinoise passe aussi par la récente entrée du yuan dans le panier de droits de tirages spéciaux du FMI. Le Fonds Monétaire International a en effet approuvé le 30 novembre 2015 l’inclusion de la monnaie chinoise dans le panier de devises servant à fixer la valeur des droits de tirage spéciaux (DTS). L’entrée en vigueur de cette mesure a eu lieu en octobre 2016. Si elle est avant tout technique et assez peu compréhensible pour le grand public, la mesure a néanmoins une portée symbolique forte.

En effet, les DTS, n’ont qu’un rôle limité. Créés en 1969 par le FMI pour compléter les réserves de change officielles de ses pays membres, ils lui servent aussi d’unité de compte. Les détenteurs de DTS peuvent échanger ces derniers contre plusieurs devises : à savoir des dollars, des euros, des livres sterling ou des yens sur la base d’accords entre pays membres ou à la demande du FMI.

À noter aussi, l’inclusion du yuan dans le panier de droits de tirages spéciaux a également pour conséquence de générer une plus grande confiance dans la devise chinoise.

Conclusion, le yuan n’est pas près de concurrencer le dollar et d’accéder au statut de monnaie de réserve même s’il paraît évident que son influence au niveau international (et particulièrement en Asie) ne pourra que croître dans les prochaines années.

Projet d’une monnaie commune aux BRICS

Depuis quelques années, les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Afrique du Sud et Chine) tentent de contrebalancer la toute-puissance des États-Unis et du dollar US dans le monde.

Le 1er janvier 2024, le groupe BRICS s’est élargi à 11 pays, intégrant l’Argentine, l’Égypte, l’Éthiopie, l’Iran, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Cela renforce le poids économique et politique du groupe et élargit l’assiette de la future monnaie commune.

Le projet de monnaie commune pour les pays du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) a été discuté lors du 15ème sommet des BRICS à Johannesburg en août 2023. Les pays BRICS envisagent le lancement d’une monnaie unifiée en 2024, dans le cadre de leur objectif de dédollarisation et de diversification économique. Un tel projet permettrait à la Russie d’éviter les contraintes des sanctions internationales, mais aussi à la Chine de prendre une position dominante sur la scène économique mondiale.

Le projet s’appuie sur le fait que les 5 pays représentent un quart du PIB mondial et 18 % des échanges à travers la planète.

Si la dédollarisation est l’objectif premier de ce projet, il y a encore de nombreux défis auxquels le projet va devoir faire face et il est important de noter que la création d’une monnaie commune est un processus complexe qui nécessite une coordination étroite entre les pays membres. De plus, la part du dollar dans les réserves de change a commencé à s’affaiblir progressivement depuis le milieu des années 2010, mais elle reste majoritaire. La baisse de la part du dollar ne se fait pas au profit d’une seule devise, mais de plusieurs, ce qui semble refléter une stratégie de diversification des réserves plus que l’émergence d’une nouvelle devise majeure.

De plus, le monde de la finance (notamment le marché de la dette) est majoritairement libellé en dollar US. Si la première étape est l’utilisation d’une monnaie commune entre les pays des BRICS pour les transactions commerciales associées à l’import-export, comme ce fut le cas aux prémices de l’euros avec l’ECU, il faudra encore convaincre le secteur financier au niveau mondial de l’intérêt d’une telle monnaie par rapport au dollar US. Malgré le succès de l’Euro, 24 ans après, la monnaie européenne n’est toujours pas parvenue à détrôner le dollar américain.

Il est intéressant de noter que l’Argentine a refusé de rejoindre les BRICS, contrairement à son voisin Brésilien, préférant le Dollar US comme solution pour lutter contre l’importante inflation que le pays connaît depuis plusieurs années.

Le yuan numérique, la première MNBC

La Chine a été le premier pays au monde à mettre en place une monnaie numérique de banque centrale, en d’autres termes, une crypto monnaie émise par une banque centrale et ayant un cours légal.

Les premiers tests pour l’utilisation de cette crypto-monnaie ont été fait en avril 2020 dans 4 grandes villes chinoises, puis en avril 2021 dans six régions chinoises. De grandes entreprises technologiques chinoises telles que Alibaba, Tencent, Huawei, JD.com et UnionPay ont coopéré avec la banque centrale pour développer et tester le yuan numérique.

La dénomination de cette devise numérique est le e-CNY, et elle est officiellement appelé renminbi numérique. Il s’agit d’une monnaie numérique à paiement électronique (MNPE) créée et émise par la banque populaire de Chine.

La technologie sur laquelle repose cette monnaie numérique permet de transférer une somme d’argent entre deux appareils, même si ceux-ci ne sont pas connectés sur Internet.

Cette nouvelle façon d’utiliser l’argent pourrait apporter de nombreuses applications jusqu’à présent impossibles à mettre en place. Bien que cette innovation apporte autant de possibilités qu’avec les crypto-monnaies classiques, le contrôle central appliqué par la banque centrale chinoise soulève de nombreuses inquiétudes sur la façon néfaste dont la monnaie numérique pourrait être utilisée.

Des rumeurs estiment que pour lutter contre un ralentissement économique, le gouvernement chinois pourrait instaurer une date de validité à la monnaie, afin d’inciter les gens à la consommation plutôt qu’à l’épargne.

L’impact positif de cette innovation est la lutte contre le blanchiment d’argent, contre l’évasion fiscale, contre la corruption et contre le financement du terrorisme, tout en apportant aux utilisateurs des nouvelles fonctionnalités et plus de simplicité.

À noter que bien que numérique, le e-Yuan n’est pas négociable sur les plateformes cryptos et reste uniquement accessible pour une utilisation locale en Chine. Attention donc aux escrocs qui prétendent pouvoir vous vendre des crypto yuans.

En 2024, le montant total des e-CNY en circulation dépasse les 43 milliards d’euros (300 milliards de Yuans). À terme, l’objectif de cette monnaie numérique est de totalement remplacer les transactions en espèces, mais pas les dépôts bancaires ni les virements de compte à compte.

Trader le yuan : pourquoi et comment investir dans la monnaie chinoise ?



Intérêts pour l’investisseur particulier

Il est évident que l’investisseur particulier peut tirer son épingle du jeu en investissant dans le yuan du fait de sa place grandissante dans l’économie mondiale et de son internationalisation déjà bien entamée.

En outre, la paire EUR/CNY mais aussi la paire USD/CNY devraient peu à peu s’imposer comme des paires de devises majeures et concurrencer les paires suivantes : EUR/JPY et USD/JPY. En effet, il y a fort à parier que le CNY profite lui aussi de l’énorme volume de transaction échangé sur le Forex.

Volume, Spread et liquidité du yuan

Si les volumes de négociation sont croissants sur le yuan, ce n’est pas forcément le cas de la liquidité disponible pour le trading via des courtiers Bourse (même s’ils sont spécialisés sur les devises).

Une liquidité plus faible implique une plus forte probabilité de slippage, et donc une exécution qui ne sera peut-être pas toujours aussi précise que sur des paires de devises comme EUR/USD.

Aussi, les spreads seront certainement plus larges. Après analyse, nous avons pu constater que les spreads peuvent être de 6 ou 9 pips chez les courtiers les plus compétitifs, et jusqu’à 20, voir 50 pips chez de nombreux courtiers.

Hors de question dans ces conditions de pratiquer du scalping, le day trading sera même difficilement applicable. Il est donc préférable de s’orienter sur la mise en place des stratégies moyen ou long terme, telle que le carry trading.

Yuan, Carry Trade et taux d’intérêt

L’une des stratégies de trading qui peut être vraiment intéressante à mettre en place avec le yuan Chinois, ce sont les stratégies de Carry Trade.

Le Carry Trade est une stratégie qui consiste à profiter de la différence des taux d’intérêt. Ainsi, si vous êtes acheteur de yuan et que le taux est de 3,45 % pour la monnaie chinoise, associé à une vente de Yen (CNH/JPY) dont le taux est de à -0,1 %, alors vous empochez la différence de taux (soit 3,55 %).

Historiquement, le yuan offre des taux élevés alors que le yen offre des taux très bas, ce qui permet le Carry Trade.

Attention tout de même aux effets de prix, car si le Carry Trader encaisse les différences de taux, il doit en revanche supporter les écarts de prix des devises.

Taux d’intérêt du yuan depuis 2014

Taux interet yuan depuis 2014

Source : Trading Economics

Évolution de la paire de devise CNH/JPY depuis 2014

evolution paire devise CNH JPY 2014-2024

Source : TradingView

Bien qu’il faille rester prudent en toutes circonstances, nous pouvons constater que depuis 2012, les taux et les prix ont été très favorables pour le carry trading entre le yuan et le yen.

CNY : comment investir dans la monnaie chinoise ?




S’il s’agit d’investir à long terme sur le Yuan, la solution traditionnelle est de se rendre dans un bureau de change et d’acheter physiquement des billets de la monnaie chinoise. Les frais (notamment le spread) seront probablement élevés, et ce sera compliqué d’acheter le yuan à un cours précis en raison de la variation des cours du CNY. De plus, détenir une importante somme en liquide chez soi n’est pas toujours la meilleure solution en raison des risques (cambriolage et incendie).

Heureusement, il est possible d’investir sur la monnaie chinoise via son compte titres directement. En effet, il existe des produits de Bourse qui délivrent une exposition sur le Yuan. C’est par exemple le cas de l’ETP WisdomTree Long CNY Short USD (LCNY), dont le code ISIN est JE00B6822V48.

Il est aussi possible d’investir sur le yuan indirectement avec l’achat d’action de sociétés chinoises en Bourse, ou d’ETF délivrant une exposition sur différents indices et secteurs chinois.

Pour les personnes souhaitant trader le yuan avec notamment de l’effet de levier, elles pourront se tourner vers des produits dérivés de type Turbos ou Futures par exemple, accessibles aussi via un compte titres ordinaires.

Découvrir aussi notre article Courtiers forex : la liste noire de l’AMF

Les risques liés au trading du yuan

S’il peut être particulièrement intéressant de trader le yuan, n’oubliez pas tout de même qu’il s’agit d’une devise complexe, très volatile, dont les facteurs influençant les cours sont à la fois très nombreux et pas forcément prévisibles. Le trading du yuan est donc recommandé aux traders avertis, avec une certaine expérience.

De plus, le décalage horaire entre la Chine et la France ne joue pas nécessairement en faveur du trader français. Les annonces majeures interviennent souvent dans la nuit. Difficile donc d’être au courant tout de suite des derniers indicateurs de l’économie chinoise ou d’une annonce de la banque populaire de Chine et donc d’être très réactif aux nouvelles qui peuvent influencer vos prises de positions.

Nos conseils pour trader le yuan




Pour trader le yuan avec succès, il faut bien avoir à l’esprit les différents risques liés au trading de cette devise que nous venons de voir. De plus, comme pour le trading de n’importe quelle devise, trader le yuan nécessite d’avoir une bonne capacité d’analyse des actualités économiques et politiques internationales. Connaître le mandarin peut également être un véritable plus afin d’accéder aux infos cruciales avant les traders occidentaux.

Quels indicateurs suivre si on veut se positionner sur le CNY ?

De nombreuses annonces influent directement et considérablement sur le marché des changes. Décisions de banques centrales, publication d’indicateurs économique sont autant d’éléments à suivre qui vous permettront de trader efficacement tout type de devises. Le Yuan ne fait pas exception. Pour trader avec succès la devise chinoise, vous devez surveiller l’actualité politique, économique et financière du pays. Plusieurs indicateurs majeurs, récurrents sont à observer de près et notamment :

  • Le PMI manufacturier publié chaque 1er du mois à 3h00 heure française

Le PMI Manufacturier, véritable indicateur-clé de l’économie dans son ensemble, offre une vision d’ensemble de l’activité du secteur manufacturier. S’il est inférieur à 50,0, l’activité manufacturière est en déclin. En revanche, s’il est supérieur à 50,0, l’activité est en expansion. Une lecture plus élevée que prévu est considérée comme positive/haussière pour le CNY. Une lecture plus basse est interprétée comme négative/baissière pour le CNY.

  • La production industrielle publiée autour du 15 du mois à 4h00 heure française

La production industrielle mesure la variation de la valeur totale de la production des entreprises manufacturières, des mines et des services publics. Elle est ajustée à l’inflation. Une lecture plus élevée que prévu est considérée comme positive/haussière pour le CNY. Une lecture plus basse est interprétée comme négative/baissière pour le CNY.

Consulter également notre dossier Comment se prémunir du risque de change ?

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.