Tradez en toute confiance avec IG, le leader mondial. Risque de perte en capital*
Cacao : faut-il investir dans la matière première en 2024 ?

Cacao : faut-il investir dans la matière première en 2024 ?

En 2024, le marché du cacao attire l’attention des investisseurs du monde entier, notamment en raison de la hausse record du prix du cacao. Produit de luxe pour certains, nécessité quotidienne pour d’autres, le cacao est plus qu’une simple denrée, car c’est une matière première qui est au cœur d’une industrie qui touche des millions de personnes à travers le globe.

Dans cet article, nous analyserons en détail la situation du marché du cacao, en examinant les facteurs qui influencent le cours du cacao, les raisons de la hausse spectaculaire des prix du cacao en 2024, et la relation complexe entre la culture du cacao et le changement climatique. Nous analyserons également les données techniques pour comprendre les tendances actuelles et futures, et nous vous fournirons des conseils pratiques sur comment investir dans le cacao en 2024.

Qu’est-ce que le cacao ? L’essentiel à savoir sur le marché du cacao

Le marché du cacao, matière première essentielle à la fabrication du chocolat et dans des cas plus rares à la fabrication de certains produits de beauté, est un marché dont il faut connaître les particularités. Comme pour le pétrole dont il existe plusieurs variétés (WTI, Brent), il existe plusieurs variétés de cacao dont les caractéristiques influencent le prix. Le cacao se décline en trois variétés majeures : Forastero, Criollo, et Trinitario. Chacune possède des caractéristiques distinctes qui influencent sa culture, sa saveur et comme nous le disions sa valeur sur le marché.

Le Forastero représente 80 % de la production mondiale de cacao, c’est une variété qui est adapté aux conditions difficiles et offre une récolte fiable. Son goût est moins subtil que celui des autres variétés, mais cette variété est essentielle pour répondre à la demande mondiale croissante de chocolat.

Le Criollo représente une petite part de la production. Il provient essentiellement du Venezuela. Il est très apprécié pour sa saveur délicate et son arôme subtil. Le Criollo est plus vulnérable aux maladies et aux conditions climatiques, ce qui en fait un choix exigeant pour les producteurs.

Le Trinitario est un hybride entre Forastero et Criollo. Il combine la robustesse du premier avec la saveur du second. Les chocolatiers haut de gamme privilégient souvent le Trinitario pour ses nuances gustatives.

Sur les marchés financiers, c’est le Forastero qui est utilisé dans les négociations sur les contrats à terme. C’est un point important à souligner, car c’est le cacao majoritairement utilisé dans l’industrie alimentaire. Si vous anticipez par exemple une hausse de la consommation de cacao par les grands chocolatiers pendant les périodes de fêtes, alors il faudra s’en souvenir car eux, achèterons peut-être plutôt du Trinitario ce qui n’aura probablement pas d’impact sur les contrats à terme sur le cacao.

Sur les marchés à terme du cacao, comme c’est le cas avec le pétrole, il y a plusieurs lieux de livraison, divisé en 3 groupes qui prennent avant tout comme référence l’origine de production. Des primes sont associées à chaque région d’origine :

  • Groupe A (prime de 160 $ par tonne) : Ghana, Côte d’Ivoire, Nigeria, Sierra Leone, Togo.
  • Groupe B (prime de 80 $ par tonne) : Arriba (Équateur), Cameroun, Colombie, Nouvelle-Guinée, Venezuela et autres.
  • Groupe C (sans prime supplémentaire) : Bolivie, Haïti, Indonésie-Sulawesi, Malaisie et autres.

Les lieux d’entrepôts agréés pour le cacao sont les suivants : les ports de New York, Delaware River, Hampton Roads, Albany ou Baltimore, pour ce qui concerne les Contrats Futures négociés sur le ICE (Intercontinental Exchange).

Graphique prix du Cacao de 1960 à 2024

Prix du Cacao au cours 1960-2024

Source : TradingEconomics

Cours du Cacao du jour

Quels facteurs influencent le cours du cacao ?

Le marché du cacao est en constante évolution, influencé par divers facteurs. On peut notamment souligner le rôle majeur des pays émergents, tels que la Chine, l’Inde et le Brésil, qui jouent un rôle essentiel dans la consommation de chocolat. Leur croissance économique et leur urbanisation accrue entraînent une hausse de la demande de produits chocolatés. La consommation de chocolat est associée dans de nombreux pays à un signe de richesse, et sa consommation augmente quasi systématiquement dans les pays émergents quand le pouvoir d’achat des consommateurs augmente.

Au-delà des facteurs de croissance économique et de développement économique de certaines régions, nous pouvons aussi citer des facteurs qui sont particuliers au cacao, comme le climat. Les conditions météorologiques, comme l’ouragan El Niño, ont un impact sur la production de cacao. Les sécheresses, les inondations et les tempêtes peuvent entraîner des pertes de récolte.

N’oublions pas aussi la maladie des plantes : ainsi, le virus de l’œdème des pousses du cacaoyer est une menace constante. Il peut réduire considérablement les rendements des exploitations agricoles. N’oublions pas non plus les épidémies qui touchent les hommes et femmes travaillant dans les régions productrices de cacao (Ebola, cholera, fièvre jaune).

De plus, nous pouvons aussi noter le vieillissement des plants de cacaoyers et le manque d’investissements dans certains pays producteurs qui entraînent une pénurie d’approvisionnement, ainsi que le manque d’infrastructure agricole dans de nombreux pays.

Le cacao est essentiellement produit en Afrique et en Amérique du Sud. Et l’instabilité politique dans les pays producteurs de cacao peut perturber la production et les exportations, ce qui peut faire augmenter les prix.

En conclusion, et même si cela peut sembler évident, le coût de transport peut fortement impacter le prix du cacao en Bourse. Rappelez-vous que les contrats à terme sur le cacao concernent le cacao livré aux USA.

Pourquoi les prix du cacao s’envolent en 2024 ?

Nous en parlerons plus en détail dans le chapitre suivant, mais le facteur numéro 1 à l’origine de la hausse des cours du cacao, c’est le changement climatique et les mauvaises conditions météorologiques.

Alors que la demande en cacao est croissante de par le monde, le déficit entre production et demande a été multiplié par 5 depuis 2022, pour atteindre un déficit de 374 000 tonnes pour la saison 2023-2024 contre 74 000 tonnes pour la saison 2022-2023.

En cause notamment, la forte propagation du virus de l’œdème des pousses du cacaoyer et la maladie de la “cabosse noire” qui ont touché les cultures au Ghana et en Côte d’Ivoire, alors que justement 58 % de la production mondiale de cacao provient de ces deux pays.

Une importante saison des pluies a aussi provoqué la pourriture des plants de cacaoyer, sans oublier qu’un manque de renouvellement des arbres producteurs entraîne, en raison de l’âge avancé des cacaoyers, une baisse de la production.

Bien sûr, et comme c’est souvent le cas en Bourse, la hausse des prix du cacao a aussi attiré les spéculateurs qui sont sans aucun doute venu accentuer la hausse du cours du cacao, provoquant un phénomène d’euphorie sur les prix de la tonne de cacao.

En quoi le cacao est-il impacté par le changement climatique ?

La hausse des prix du cacao est un exemple concret de l’impact du changement climatique sur l’économie mondiale. Elle souligne l’urgence de prendre des mesures pour atténuer la crise climatique et protéger cette précieuse ressource.

Si les prix du cacao ont atteint des niveaux records en 2024, la poursuite d’une baisse de la production est attendue dans les principaux pays producteurs pour les années à venir, en raison de conditions météorologiques défavorables et de maladies, des conséquences directes du réchauffement climatique.

Il faut souligner que les cacaoyers poussent près de l’équateur et sont sensibles aux variations météorologiques. Ce sont les vagues de chaleur et les pluies intenses qui ont perturbé les récoltes en Afrique de l’Ouest, alors même que cette région produit les trois quarts du cacao mondial.

Au Brésil, les fortes périodes de sècheresses ont provoqué la mort de 15 % des arbres de cacao et une baisse de la production de 89 %.

Pour les années à venir, les modèles climatiques prévoient un climat plus chaud et plus sec dans le bassin amazonien, où se trouve une partie importante de la production de cacao. Une étude récente a montré que la culture du cacao pourrait perdre du terrain en raison du réchauffement planétaire, avec une diminution de la superficie propice à la culture du cacao au Pérou.

Pour faire face à ces défis, il peut être nécessaire d’élargir les zones de culture du cacao ou de développer des variétés résistantes aux nouvelles conditions climatiques. La lutte contre la déforestation illégale est également essentielle pour prévenir les scénarios climatiques les plus critiques.

Faut-il investir dans le cacao en 2024 ?




Après le constat que nous venons d’établir sur la situation du marché du cacao et concernant le changement climatique, vous pourriez déjà avoir la réponse à la question. Toutefois, une approche réfléchie nous semble indispensable.

Le premier point de réflexion concerne l’euphorie de spéculation qui a eu lieu sur les prix du cacao en 2024. Si la baisse de production de cacao pourrait effectivement s’inscrire dans le temps, il faut se méfier des effets de bulle spéculative. La folie des prix n’est jamais à exclure, même si nous pouvons constater que depuis les prix record une belle correction sur le cours du cacao a été enregistrée. Nous en parlerons plus précisément dans notre analyse technique ci-dessous.

Il est évident que le cacao suscite un intérêt croissant et que la baisse de production est un élément important dans la possible hausse du prix durable de cette matière première agricole. Le changement climatique est un enjeu majeur pour les investissements en cacao, de la même façon que les recherches scientifiques pourraient apporter des solutions réduisant l’impact du réchauffement climatique sur la production de cacao. Ce ne serait pas la première fois que l’offre s’adapte de façon surprenante à la demande.

Investir dans le cacao peut être une bonne idée à long terme, mais il ne sera peut-être pas facile d’investir directement dans ce marché très spécialisée. Dans tous les cas, il faudra éviter d’utiliser de l’effet de levier (sauf pour le daytrading) et s’assurer d’avoir une bonne gestion du risque. Si l’on parle souvent de la flambée du prix du cacao, on parle moins de la correction de -38 % qui a suivi.

Jusqu’où peuvent monter les prix du cacao ? Notre avis et analyse technique des cours du cacao en 2024




Les prix du cacao ont connu en 2024 une envolée jamais vue auparavant. Allant jusqu’à son niveau de prix plus haut historique à 11 600 $ la tonne, les prix du cacao ont enregistré une performance de +241 % du 1er janvier 2024 au 19 avril 2024.

Une correction de -38 % a ensuite été observée et le prix de la tonne de cacao s’échange à 8 294 $ au 27 mai 2024, ce qui représente malgré cette récente chute une performance de +140 % pour le cours du cacao en 2024.

Après avoir atteint un plus bas à 6 800 $ la tonne le 20 mai 2024, le prix du cacao semble avoir rebondi sur ce qui est vraisemblablement un niveau de support. Actuellement en direction du niveau de résistance à 8 900 $, il faudra surveiller attentivement comment les prix du cacao réagiront à l’approche de la résistance. En cas de cassure de ce dernier, une poursuite de la hausse vers les plus hauts au-dessus de 10 000 $ n’est pas impossible.

En revanche, si les prix du caco ne parvenaient pas à casser la résistance à 8 900 $, alors un retour sur le support autour de 7 200 $ serait à prendre en considération.

Par extrapolation, si le support à 7 200 $ venait à céder, il faudrait alors se préparer à un retour du cours du cacao sur les prix observés en début d’année 2024, sous 4 000 $.

Analyse technique du cacao 2024

Analyse technique du cacao 2024

Source : ProRealTime web

Comment investir dans le cacao en 2024 ?




La façon la plus directe d’investir dans le cacao, c’est d’acheter des contrats à terme sur le cacao. Toutefois, ce n’est pas nécessairement la solution la plus accessible pour la plupart des investisseurs.

Une solution alternative serait d’investir dans des entreprises de transformation du cacao et du chocolat. L’achat d’actions en Bourse permet d’avoir une certaine corrélation avec le prix du cacao, mais aussi et surtout de bénéficier des rendements de l’entreprise (dividende). Il est préférable de s’orienter vers des sociétés impliquées dans la culture, la transformation et la distribution du cacao, bien qu’un investissement dans une société comme Lindt pourrait aussi être pertinent.

Les traders actifs pourront naturellement s’orienter vers des produits dérivés offrant de l’effet de levier pour profiter des mouvements à court terme des prix du cacao.

Pour obtenir une exposition ciblée uniquement sur le prix du cacao depuis un compte titres, il y a également une solution avec les ETP. Par exemple, l’ETP COCOA de WisdomTree (ISIN : JE00B2QXZK10), offre une exposition sans levier sur les prix du cacao avec un TER de 0,49 % par an. L’ETP WisdomTree Cocoa est listé sur le London Stock Exchange et offre une réplication synthétique avec un collatéral de garantie.

Finalement et pour conclure, on peut aussi tenter de s’orienter vers un ETF répliquant un panier de matières premières. Toutefois, d’après nos recherches il semblerait que ces dernières n’offrent qu’une très faible exposition au cacao, voire même aucune exposition au cacao au profit du café et d’autres matières premières agricoles.

Source des images : freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.