Acheter des actions à partir de 10€ et sans commission. Risque de perte en capital*
Focus sur le métier de trader indépendant

Focus sur le métier de trader indépendant

Découvrez le parcours, l’expérience et le métier de trader indépendant dans cette interview. Café du Trading vous invite à plonger dans l’univers de la finance et du trading en interrogeant les hommes et les femmes qui y travaillent au quotidien.

Ce mois-ci, découvrez l’interview de Marc Dagher qui revient sur son activité, sur ce qui l’a poussé à faire le métier de trader indépendant, ainsi que sur l’événement le plus marquant de sa carrière. Il nous dévoilera aussi ses indicateurs favoris, son sentiment de marché actuel et les conseils qu’il donnerait à un investisseur particulier souhaitant se lancer dans le trading.

Quel est votre métier et qu’est-ce qui vous a donné envie de devenir trader indépendant ?

Mon métier à la base est analyste technique, ce qui consiste à étudier l’évolution des cours de Bourse selon une méthodologie essentiellement graphique et mathématique. Certes, cette discipline a légitimement des fervents et des détracteurs, mais je peux vous assurer qu’elle fonctionne, lorsqu’on la maîtrise bien.

Or, je le fais depuis 23 ans. Ainsi, à travers cette matière première qu’est l’analyse technique, je vends des conseils, essentiellement sur des produits dérivés, à des particuliers et des institutionnels, je fais aussi des formations et je lance le premier fonds « turbos » en France.

Quel est l’événement le plus marquant dans votre parcours de trader ?

Sans aucun doute d’avoir vécu ce fameux « 11 Septembre » à travers la lucarne boursière, c’est-à-dire au cœur du cœur de l’action.

Que ce soit pour l’information vécue en direct ou la vision inoubliable de mes écrans de trading qui clignotaient de partout dans le rouge vif, et sur lesquels je ne cessais de voir les cours s’effondrer sous mes yeux. C’était particulièrement le cas pour les secteurs aériens et de l’assurance naturellement.

Après le premier avion, le doute subsistait encore sur l’hypothèse de l’attentat. Après le second, le doute avait disparu…

Quelle est votre approche pour trader les marchés financiers ? Quel est votre indicateur préféré ?

Mon approche est avant tout elliottiste. Je pratique en effet depuis toujours cette fameuse théorie des Vagues d’Elliott, établie au début du 20ème siècle par Ralph Nelson Elliott. Expert-comptable américain en place pendant la Crise de 29, il a consacré une partie de sa carrière et de sa retraite à l’étude des graphiques boursiers sur lesquels il a réussi à émettre une théorie évolutive frappante de pertinence.

C’est sans doute la discipline la plus pointue de l’analyse technique et elle englobe à la fois du chartisme, les travaux de Dow et les ratios de Fibonacci. Concernant les indicateurs, je ne les utilise pas, car je suis de ceux qui pensent qu’une analyse technique, pour être la plus efficace, doit être épurée.

Je regarde tout de même toujours quelques moyennes mobiles, selon l’UT sur laquelle je travaille, mais aussi et surtout le RSI, qui reste le meilleur indicateur pour moi. Je l’utilise de trois manières : avant tout, pour les éventuelles divergences, puis les zones de survente ou surachat et enfin, pour la position de sa zone de neutralité (50) en fonction de la tendance globale du sous-jacent.

Quels sont les produits financiers que vous tradez le plus ?




Au cours de ma carrière, je me suis spécialisé sur les produits dérivés structurés, plus particulièrement la gamme des produits « à levier ». Ce sont des produits optionnels qui permettent donc de se positionner aussi bien à la hausse qu’à la baisse sur un sous-jacent (ce qui, par les temps qui courent, reste un avantage considérable). Il faut cependant les manier avec précaution, car ils se situent au sommet de la pyramide risque/rendement en matière d’investissement.

J’ai débuté sur les warrants, puis, j’ai logiquement basculé sur les turbos, qui sont des produits se mariant particulièrement bien avec l’analyse technique. Attention : si l’effet de levier jouera en votre faveur si vous êtes dans le bon directionnel, il se retournera contre vous dans le cas contraire.

Lire aussi notre article Scalping : 4 outils pour bien trader

Quel est votre sentiment sur le marché actuellement ?

La question piège ! Mais j’ai l’habitude de me mouiller. Je reste extrêmement prudent et je ne suis pas de ceux qui croient à une fin de tendance baissière à court terme. Voici mon analyse.

Si, depuis la crise des subprimes en 2007-2008, le marché a développé une résilience forte et surprenante – induite par la politique interventionniste des banques centrales, qui ne cessaient d’injecter des liquidités artificielles à coups de QE à répétition. Leur but était d’endiguer chaque début de tremblement, car elles craignaient d’être pointées du doigt comme l’ennemi à abattre depuis ladite crise – et ce, que ce soit après des crises politiques (cf. Brexit) ou sanitaire (cf. Covid).

Or, ce que nous vivons actuellement est à nouveau une crise financière due à la finance elle-même : inflation et crainte de récession. Aussi, les banques centrales ne pouvant décemment plus arroser le marché comme les fois précédentes, le marché a plus de mal à rester solide.

Je pense donc que tant que l’inflation ne sera pas véritablement derrière nous, et tant que la situation géopolitique maintiendra des risques de crise des matières premières, il faudra rester très prudent.

Quel est le conseil le plus important que vous donneriez à un trader débutant ?

Je pense que le plus difficile pour un trader débutant (et les autres aussi) c’est la gestion du stress et des émotions.

Savoir garder la tête froide, respecter son plan de trading, savoir couper ses pertes ou prendre ses profits sans s’emballer… ne pas laisser son émotion prendre le dessus, et surtout, éviter deux choses : de suivre le faux adage « tant que ce n’est pas vendu, ce n’est pas perdu », ou de vouloir, après une perte, à tout prix essayer de la rattraper en faisant le plus souvent n’importe quoi, et en tombant dans le cercle vicieux infernal du « joueur ».

Et ça, comme tout le reste, ça s’apprend avec le temps et l’expérience.

Source des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.